drapeau Afrique du Sud Afrique du Sud : Investir

Dans cette page : Les IDE en chiffres | Pourquoi choisir d'investir en Afrique du Sud | La protection des investisseurs étrangers | Les procédures relatives à l'investissement étranger | Les terrains et les immeubles | L'aide à l'investissement | Les opportunités d'investissement | Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres | Trouver de l'aide pour des informations complémentaires

 

Les IDE en chiffres

Selon le Rapport sur l'investissement dans le monde 2023 de la CNUCED, les flux d'IDE vers l'Afrique ont atteint 9 milliards de dollars en 2022, après le pic anormal de 2021 (40,9 milliards de dollars) causé par une importante reconfiguration d'entreprises. Le niveau de 2022 était cependant le double de la moyenne de la dernière décennie. La même année, l'Afrique du Sud a attiré plusieurs projets de stockage de batteries, avec des capacités allant de 35 MW à 300 MW. En 2022, le stock total d'IDE s'élevait à 173,5 milliards de dollars, soit environ 42,8 % du PIB du pays. Comparé à d'autres pays du continent africain, le potentiel attractif de l'Afrique du Sud est élevé ; cependant, sa performance est relativement faible en matière d'attraction d'IDE, malgré des progrès dus au potentiel d'investissement dans les infrastructures. Selon la Banque de réserve sud-africaine, le pays a enregistré des entrées d'investissements directs étrangers de 53,8 milliards de rands (environ 2,8 milliards de dollars) au deuxième trimestre de 2023, contre des entrées de 0,5 milliard de rands au premier trimestre. Au troisième trimestre, les IDE se sont élevés à 26 milliards de rands. L'administration de l'ANC dirigée par Ramaphosa encourage les investisseurs étrangers car ils sont responsables de la création d'emplois et de la croissance économique créatrice de richesse. Traditionnellement, les pays européens sont des investisseurs actifs en Afrique du Sud (Royaume-Uni, Pays-Bas, Belgique, Allemagne et Luxembourg), ainsi que les États-Unis, le Japon, la Chine et l'Australie. La plupart des investissements sont dirigés vers les secteurs financiers, miniers, manufacturiers, de transport et de vente au détail.

Le pays dispose de nombreux atouts attractifs pour les investisseurs tels qu'une démographie dynamique ; une économie diversifiée, productive et avancée ; des ressources naturelles abondantes ; un système juridique transparent et une certaine stabilité politique. Le gouvernement offre divers incitations à l'investissement spécifiques à certains secteurs, telles que des allocations fiscales pour soutenir le secteur automobile et des rabais pour la production cinématographique et télévisuelle. Le pays est également une porte d'entrée vers le reste de l'Afrique, avec un marché de consommation vaste et en expansion. Malgré ses caractéristiques attrayantes, l'Afrique du Sud doit également relever plusieurs défis qui pourraient dissuader les IDE, notamment la corruption, la bureaucratie inefficace, les conflits du travail, et une pénurie de travailleurs qualifiés dans certains secteurs, tels que l'ingénierie et l'informatique. De plus, les coupures d'électricité persistantes, connues sous le nom de "load-shedding" en Afrique du Sud, posent un défi majeur à l'investissement. En 2022, le pays a subi plus de 200 jours de coupures d'électricité, une tendance qui s'est poursuivie presque quotidiennement en 2023. L'accès à l'électricité peu fiable entrave gravement la croissance économique et reste une préoccupation majeure pour les investisseurs. La Loi sur l'amendement de la concurrence a introduit un processus d'examen des investissements étrangers, enjoignant la formation d'un comité spécial pour évaluer les fusions potentielles impliquant des entreprises acquéreuses étrangères pour leur impact sur les intérêts de sécurité nationale. Les conclusions du comité sont transmises au ministre du Commerce et de l'Industrie, qui, dans les 30 jours, annonce dans la Gazette si la fusion est approuvée, approuvée sous conditions, ou interdite. L'Afrique du Sud se classe 59e parmi les 132 économies dans l'Indice mondial de l'innovation 2023 et 116e sur 177 pays dans l'Indice de la liberté économique 2023. Enfin, le pays a obtenu un score de 43/100 dans le dernier Indice de perception de la corruption (72e sur 180 pays).

 
Investissement Direct Etranger 202020212022
Flux d'IDE entrants (millions USD) 3.06240.9489.051
Stocks d'IDE (millions USD) 133.127174.783173.584
Nombre d'investissements greenfield* 103119160
Value of Greenfield Investments (million USD) 6.6625.27526.777

Source : UNCTAD, Dernières données disponibles.

Note : * Les investissements greenfield correspondent à la création de filiales ex-nihilo par la maison mère.

 

LES STOCKS D'IDE PAR PAYS ET SECTEUR D'ACTIVITÉ

Les pays investisseurs 2019, en %
Royaume-Uni 27,0
Pays-Bas 18,0
Belgium 14,8
États-Unis 6,7
Allemagne 4,9
Chine 4,7
Japon 3,8
Australie 3,6
Luxembourg 2,7
Maurice 1,1
Suisse 1,0
Les secteurs investis 2019, en %
Services financiers, assurance, immobilier et services d'affaires 44,6
Secteur minier 21,2
Secteur manufacturier 15,9
Transport, entreposage et communication 10,0
Commerce, restauration et hôtellerie 6,5
Services communautaires, sociaux et personnels 1,0

Source : South African Reserve Bank, Dernières données disponibles.

 
Les formes de sociétés préférées par les investisseurs
Société à responsabilité limitée privée
Les formes d'établissements préférés par les investisseurs
Le procédé simple d'établissement n'exige pas d'avoir des assemblées générales statutaires comme pour les sociétés publiques et de présenter le rapport d'exercice financier lors de l'immatriculation.
Les principaux investisseurs
Bloomberg a publié un nouveau graphique détaillant les principaux contributeurs aux investissements étrangers en Afrique du Sud. Le graphique - qui est basé sur les données de la Banque de réserve - montre que le Royaume-Uni (519,4 milliards de rands), les Pays-Bas (346,3 milliards de rands) et la Belgique (285,7 milliards de rands) étaient les plus gros investisseurs étrangers à la fin de 2017.

Sociétés multinationales en Afrique du Sud

Retour vers le haut

Pourquoi choisir d'investir en Afrique du Sud

Les points forts

L'Afrique du Sud dispose d'un marché au potentiel élevé, d'infrastructures développées et d'une économie intérieure compétitive. La démocratie est bien établie dans le pays et l'État de droit est respecté. En tant que pôle productif, c'est l'économie la plus industrialisée, la plus avancée technologiquement et la plus diversifiée du continent africain.

Les principaux atouts de l'Afrique du Sud :

  • Le climat des affaires sud-africain est de bonne qualité et la gestion financière de l'Etat est satisfaisante.
  • Le pays dispose d'une bourse de grande taille et active.
  • L'Afrique du Sud est passée de ses industries traditionnelles à la production industrielle et aux services, notamment financiers, qui sont les principaux contributeurs au PNB.
  • Le tourisme et le secteur du commerce de détail présentent des potentiels énormes.
  • Le secteur minier représente une part importante de l'économie.  Il est le premier producteur mondial de chrome, de manganèse, de platine, de vanadium et de vermiculite. Il est le deuxième producteur mondial d'ilménite, de palladium, de rutile et de zirconium. Elle est le troisième exportateur mondial de charbon. L'Afrique du Sud est également un grand exportateur de diamants et de minerai de fer (U.S. Geological Survey).
  • Le pays bénéficie également d'une situation géographique stratégique, qui en fait une plate-forme idéale pour accéder aux marchés d'Afrique subsaharienne.
Les points faibles

La stabilité économique du pays a été affaiblie par le confinement strict, qui a exacerbé les tensions sociales telles que la pauvreté et l'inégalité généralisées. L'investissement (13% du PIB) est également paralysé en raison du manque de confiance des entreprises et du report des dépenses publiques en capital lié au détournement des fonds pour les besoins d'urgence.

D'autres problèmes peuvent décourager les investissements étrangers :

  • La multiplications des grèves d'ouvriers, ce qui risque d'impacter négativement l'appréciation du pays par les agences de notation.
  • La violence et la corruption continuent d'entraver l'activité économique, alors que les inégalités de revenus sont très fortes.
  • L'accès à l'électricité est insuffisant, en raison d'un manque d'investissement.
  • Manque de main-d'œuvre hautement qualifiée, chômage élevé (33,6% in 2021), rigidité du marché du travail
  • Les lois sur l'immigration compliquent l'embauche de travailleurs étrangers.
  • Le processus d'import-export peut être également complexe.
  • L'économie est dépendante des cours mondiaux des minerais et des flux d'IDE.
  • Enfin, l'économie étant mature, la concurrence est forte pour accéder à ce marché.
Les mesures mises en place par le gouvernement
Pratiquement tous les secteurs d'affaires sont ouverts aux investisseurs étrangers, pour lesquels aucune approbation du gouvernement n'est requise. Il n'existe pratiquement aucune restriction sur la forme ou l'étendue de l'investissement étranger. Les autres mesures prises par le gouvernement sont des règles fiscales simples, des avantages pour les investisseurs, une meilleure politique de règlementation de la compétition et la protection des droits de propriété intellectuelle. On peut citer :

  • L'incitation fiscale 12I est conçue pour soutenir les investissements de type "Greenfield" ainsi que les investissements de type "Brownfield".
  • Le programme de faisabilité des projets d'investissement (CPFP) est une subvention à frais partagés qui contribue au coût des études de faisabilité susceptibles de déboucher sur des projets qui augmenteront les exportations locales et stimuleront le marché des biens d'équipement et des services sud-africains.
  • Le programme d'infrastructures critiques (CIP) vise à susciter des investissements en soutenant les infrastructures, ce qui permet de réduire le coût des affaires. Le gouvernement sud-africain met en œuvre le CIP pour stimuler la croissance des investissements conformément au cadre national de politique industrielle (NIPF) et au plan d'action de politique industrielle (IPAP).

Consultez la liste des autres mesures prises par le gouvernement pour favoriser les IDE sur lesite du Département du Commerce et de l'Industrie.

Malgré ces mesures et une économie développée, certains éléments laissent penser que le gouvernement n'est pas convaincu par l'importance des IDE. Ainsi, certaines lois sont approuvées sans examen préalable des conséquences qu'elles pourraient avoir sur certains secteurs économiques.

Retour vers le haut

La protection des investisseurs étrangers

Les conventions bilatérales d'investissement signées par l'Afrique du Sud
L'Afrique du Sud est signataire de 50 traités bilatéraux d'investissement. Pour voir les conventions, cliquez ici.
Les controverses enregistrées auprès de la CNUCED
Le Navigateur ISDS contient des informations sur les cas d'arbitrage international connus, engagés par des investisseurs contre des États en vertu d'accords internationaux d'investissement. L'Afrique du Sud est impliquée dans 3 affaires en tant qu'État d'origine du demandeur et dans 1 affaire en tant qu'État défendeur.
Les organismes offrant leur assistance en cas de désaccord
ICCWBO , Chambre de commerce international
Membre de l'Agence Multilatérale de Garantie des Investissements (MIGA)
L'Afrique du Sud est signataire de la convention MIGA.
 
Comparaison internationale de la protection des investisseurs Afrique du Sud Afrique sub saharienne Etats-Unis Allemagne
Index de transparence des transactions* 8,0 5,5 7,0 5,0
Index de responsabilité des managers** 8,0 3,5 9,0 5,0
Index de pouvoir des actionnaires*** 8,0 5,5 9,0 5,0

Source : The World Bank - Doing Business, Dernières données disponibles.

Retour vers le haut

Les procédures relatives à l'investissement étranger

La liberté d'établissement
Garantie
La réglementation concernant les prises de participation
Possible.

Les sociétés doivent nommer un résident sud africain comme représentant légal de la société. Toute acquisition ou cession par une entité ou une personne non résidente d'actions dans une société sud-africaine résidente et non-cotée doit être approuvée par le Département de surveillance financière de la Banque de réserve sud-africaine, ou par l'un de ses négociants agréés, conformément à la réglementation sur le contrôle des changes. De plus, les sociétés étrangères doivent nommer un vérificateur.

Les obligations de déclaration
Aucune approbation gouvernementale n'est requise pour les investisseurs étrangers, en vue d'établir une nouvelle entreprise ou d'investir en Afrique du Sud, mis à part en ce qui concerne les règlementations requises pour le contrôle des changes.

L'investisseur devra nommer des consultants, des vérificateurs et/ou des conseillers légaux pour enregistrer la société pour lui. La société devra être enregistrée dans les 21 jours ; elle devra aussi s'inscrire pour la fiscalité.

InvestSA, l'agence responsable de la promotion des investissements étrangers dans le pays, fournit des conseils sur les lieux d'implantation et facilite les démarches réglementaires telles que l'octroi de licences, l'enregistrement des sociétés et les permis de travail, tout en fournissant des détails sur les institutions financières et les possibilités de financement.

Demande d'autorisation spécifique
L'Afrique du Sud maintient un régime d'investissement relativement ouvert pour les IDE. Les restrictions sur les investissements étrangers ne sont pas codifiées dans un texte de loi spécifique. Toutefois, la propriété étrangère est limitée dans les secteurs suivants : agriculture, pêche et marine, radiodiffusion et presse écrite, forces de défense, ressources énergétiques et minérales, télécommunications et transports.

Retour vers le haut

Les terrains et les immeubles

Les solutions temporaires
Louer.
Cependant, si la société étrangère est importante pour l'intérêt national, le gouvernement sud africain fournit un espace temporaire pour une période limitée, pouvant aller jusqu'à 2 ans.
La possibilité d'acheter un terrain ou un bâtiment industriel ou commercial
Actuellement, il n'y a pas de restrictions sur la propriété des terres par des ressortissants ou entités étrangers en Afrique du Sud. Néanmoins, selon la proposition de règlement contenue dans le Land Holdings Bill, les ressortissants étrangers ne pourront plus posséder certains types de terres en Afrique du Sud (bien qu'ils soient autorisés à conclure des baux à long terme sur tous les types de terres).
Les risques d'appropriation
L'article 25 de la Constitution prévoit que nul ne peut être privé de sa propriété, sauf en vertu d'une loi d'application générale, et qu'aucune loi ne peut autoriser la privation arbitraire de la propriété.
L'article 25, paragraphe 2, de la Constitution prévoit en outre que la propriété ne peut être expropriée qu'en vertu d'une loi d'application générale et dans les circonstances suivantes :
- Pour un but public ou dans l'intérêt public.
- Sous réserve d'une indemnisation (dont le montant, la date et les modalités de paiement ont été soit convenus par les personnes concernées, soit décidés ou approuvés par un tribunal).

Retour vers le haut

L'aide à l'investissement

Les formes d'aide
Les différentes formes d'aides et d'incitations fournies par le gouvernement sont :

  • L'incitation fiscale 12I est conçue pour soutenir les investissements de type "Greenfield" ainsi que les investissements de type "Brownfield". L'incitation offre un soutien à la fois pour les investissements en capital et la formation.
  • Le Capital Projects Feasibility Programme (CPFP) est une subvention à frais partagés qui contribue au coût des études de faisabilité susceptibles de déboucher sur des projets qui augmenteront les exportations locales et stimuleront le marché des biens d'équipement et des services sud-africains.
  • Le Programme d'infrastructures critiques (CIP) vise à susciter des investissements en soutenant les infrastructures jugées critiques, ce qui permet de réduire le coût des activités commerciales.
  • Le programme d'investissement dans le secteur automobile (AIS) est une mesure d'incitation conçue pour faire croître et développer le secteur automobile grâce à des investissements dans des modèles et des composants nouveaux et/ou de remplacement qui augmenteront les volumes de production des usines, maintiendront l'emploi et/ou renforceront la chaîne de valeur automobile.

Parmi beaucoup d'autres :
- Incitation à la production et à la post-production cinématographiques et télévisuelles étrangères (Film étranger)
- Programme de développement et de valorisation de l'aquaculture
- Régime d'aide à la transformation des produits agricoles
- Le projet d'un industriel noir
- Programme pour la compétitivité de l'habillement et du textile
- Aide à la commercialisation des exportations et aux investissements
- Services mondiaux aux entreprises
- Instruments de financement de l'innovation et de la technologie
- Programme d'amélioration de la compétitivité de l'industrie manufacturière

Pour plus de détails sur les s aides à l’investissement, visitez le site Web du DTI et Invest SA.

Les domaines privilégiés
Le développement d'infrastructures (secteurs comme les transports, les télécommunications et l'énergie), la création d'emplois, la protection de l'environnement, le développement d'une main d'oeuvre qualifiée, la création d'une compétition saine.
Les zones géographiques privilégiés
La première zone de développement industriel (ZDI) a été mise en place en Afrique du Sud en 2001. Ces zones ont été développées dans le but d'accroître la croissance industrielle. La ZDI offre des importations exemptes de taxes sur les matériaux liés à la production et une TVA à 0% sur les matériaux provenant d'Afrique du Sud, avec le droit de vendre en Afrique du Sud après paiement des droits de douanes normaux d'importation sur les produits finis. Il n'y a pas d'exemption pour les autres lois ou réglementations, comme par exemple les lois sur l'environnement ou le travai. Il y a actuellement cinq ZDI en activité en Afrique du Sud, à savoir: Coega IDZ, Richards Bay IDZ, East London IDZ, Saldanha Bay IDZ, Dube TradePort
Les zones franches
Il n'y a ni zone, ni port franc en Afrique du Sud. Bien qu'il existe des zones de développement sectoriel (SEZ). La SEZ est une zone axée sur le développement d'un secteur ou d'une industrie spécifique en facilitant la mise en place d'infrastructures industrielles générales ou spécifiques, d'incitations, de services techniques et commerciaux principalement destinés au marché de l'exportation. Il existe actuellement cinq SEZ en activité en Afrique du Sud, à savoir Atlatis SEZ, Nkomazi SEZ, Maluti - A- Phofung SEZ, OU Tambo SEZ, Musina/ Makhado SEZ.
Organismes d'aides publiques et de financement
Corporation pour le développement industriel(IDC) (en anglais)

Corporation pour le développement des petites entreprises (SBDC)
 
 

Retour vers le haut

Les opportunités d'investissement

Les secteurs économiques clés
Exportation de minerais, secteur industriel qui comprend le matériel roulant ferroviaire, les combustibles synthétiques, l'équipement et la machinerie miniers, le tourisme, les services financiers, la santé, la production fruitière, l'énergie (électricité, renouvelables, pétrole), infrastructures de transport, télécommunication et technologies de l'information, et le commerce de gros et de détail.
Les secteurs à fort potentiel
Industries manufacturières avancées (TIC), Industries vertes et gaz naturel, Exportation de services et tourisme, Chaîne de valeur agricole, Infrastructure. 
Les programmes de privatisation
Parmi les secteurs concernés par une possible privatisation figurent l’énergie (Eskom), le transport aérien (South Africa Airlines) et le transport ferroviaire (Transnet).
Les appels d'offres, les projets et les marchés publics
Site d'information du gouvernement sud-africain , Appels d'offres
SA-Tenders , Appels d'offres en Afrique du Sud
Tenders Info , Appels d'offres en Afrique du Sud
DgMarket , Appels d'offres dans le monde

Retour vers le haut

Les secteurs où les opportunités d'investissement sont moindres

Les secteurs monopolistiques

Le gouvernement sud-africain conserve et exerce un contrôle sur certains secteurs industriels et est le principal actionnaire des entreprises dites "d'État". Les secteurs clés dans lesquels les entreprises d'État jouent un rôle essentiel sont les suivants

  • Le secteur de la production d'électricité.
  • Le secteur des transports.
  • Le secteur du diamant.
  • Le secteur des équipements militaires.
  • Le secteur de la sylviculture.

Retour vers le haut

Une remarque sur ce contenu ? Contactez-nous.

 

© eexpand, Tous droits de reproduction réservés.
Dernières mises à jour en Mars 2024